Renforcer son ancrage local grâce à l’ESS : l’exemple d’Ubisoft

Fin 2017, nous sommes intervenus en appui de l’équipe « Environnement de Travail » d’Ubisoft France. Sa mission ? Veiller à ce que les 2 000 collaborateurs répartis sur une quinzaine de sites, dont dix sur la seule ville de Montreuil, puissent bénéficier des meilleures conditions de travail et de services performants. L’équipe, très sensibilisée aux questions de responsabilité sociétale, s’est tournée vers Les Petites Rivières car elle souhaitait aller plus loin sur son ancrage local et renforcer son lien au tissu économie sociale et solidaire du territoire.

 

Une mission en 3 temps

 

Notre mission a consisté tout d’abord à réaliser une photographie de l’existant en matière d’engagement sociétal : éco-gestes, achats, gestion de déchets, lien aux associations locales, services aux salariés, sécurité, santé, entretien des bâtiments… nous avons réalisé un diagnostic avec les personnes en charge de ces thématiques afin d’identifier les bonnes pratiques et les axes d’amélioration. En complément d’entretiens qualitatifs, nous avons réalisé des visites sur place, pour comprendre les usages et les habitudes des collaborateurs d’Ubisoft.

Suite à cette première étape, nous avons réalisé un benchmark auprès d’entreprises de tailles et problématiques comparables, nous permettant ainsi d’aboutir à un ensemble de recommandations visant à permettre à Ubisoft de mieux intégrer la dimension sociale dans ses actions liées à l’environnement de travail.

Nous les avons organisées selon 3 axes : les services aux salariés, les achats responsables, les actions de sensibilisation auprès des collaborateurs.

Pour chaque axe, nous avons proposé des actions concrètes à mener en partenariat avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS), issus, à chaque fois que c’était possible, du territoire.

 

Pour quels résultats ?

Six mois plus tard, nous sommes revenus chez Ubisoft pour faire l’analyse de ce qui avait été mis en place et évaluer les premiers signes d’impact.

Nous avons pu constater alors que La Semaine du Développement Durable avait été l’occasion de tester des formats de sensibilisation à l’innovation sociale (conférences d’experts, mise en place de groupes de travail…).

D’une manière générale, l’équipe a exprimé sa satisfaction d’avoir mieux compris ce qu’était l’ESS et a commencé à développer le réflexe d’intégrer ces acteurs dans ses projets, qu’il s’agisse d’achats (traiteurs, fournitures, énergie…) ou de nouveaux services pour les salariés. Elle étudie notamment la possibilité d’inclure désormais dans ses marchés une clause incitative de recours à l’ESS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.